Préambule


Salut les ami(e)s.
Après une loooooooongue période de tristesse où le ciel s’était enfuit avec toutes ses étoiles, voici que subitement il revient à moi….
Kiwi, Jako et un nouveau venu Paradise sont OK pour tenter une sortie astro mais une fois n’est pas coutume, ce sera sur le parking de la "Luge d’été" du Semnoz, un endroit où je ne suis plus retourné depuis…….  Houlààààà, ça fait si longtemps que je ne me souviens plus 
Alors, me voici enfin de retour parmi vous  chers croateurs, cette fois c’est moi qui vais (enfin) vous rédiger un petit compte-rendu de derrière les fagots
Cette soirée sera mienne, je ne l’ai pas préparé, je n’ai aucun objectif, aucune idée de ce que je vais observer, vais-je faire un croquis, vais-je observer du classique ou bien des tâchouilles ? Aucune idée, ça viendra comme je le sentirais ………. Mis à part que j’ai à tester mon nouveau filtre H-Beta que j’ai acheté début janvier et qui n’est pas encore sorti de sa boite, j'ai pour seul objectif de le comparer avec mes filtres OIII et UHC pour voir s’il m’apporte quelque chose de plus en visu

Fiche technique


Date :Lundi 4 mars 2013

Horaire :de 20h00 à  heure locale

Lieu :Crêt du Châtillon altitude 1650m (massif du Semnoz, H-Savoie)

Télescope :Oeil2Tôp (Dobson 254/1250)

Oculaires : Omégon 38mm(Le Hublot) 33X pour 127’d’arc Kepler 30mm41X pour 100’d’arc Axiom 23mm(Œil de Chouette) 54X pour 78’d’arc Nagler 13mm96X pour 51’d’arc Nilta 9mm 139Xpour 28’d’arc Nagler 5mm 250Xpour 19’d’arc

Conditions d’observation : Ciel dégagé mais pas très net, la Voie Lactée se devine à peine en vision directe, turbulences très faibles, humidité nulle et température qui varie entre 3,3°C et 2,6°C

Test du filtre H-Beta


19h25, la Dédémobile est chargée, je bigophone à Kiwi qui m’annonce qu’une contrainte de dernière minute l’empêche de nous rejoindre 
20h00, j’arrive sur le parking du Semnoz où j’installe Oeil2Tôp, moins rapidement que d’habitude car j’ai perdu la main, et puis, au lieu de me précipiter sur mon oculaire, je reste là de longues minutes à contempler le ciel à l’œil nu, un ciel si beau avec des milliers d’étoiles qui pétillent de joie, je les entends rire comme des bambins, oui c’est ça elles aussi sont heureuses d’avoir percé la mer nuageuse qui avait pris possession de nos Alpes du Nord………….
Je lève la tête au ciel, un tournis me prend, le ciel semble m’attirer vers lui comme lorsqu’on est au bord d’une falaise, j’éprouve une sensation de vertige et pourtant je me sent bien, je ferme les yeux, un air rafraichissant me fouette le visage, j’écarte les bras….. « Je voooooole ! »tout comme Caprio sur l’étrave du Titanic 
Puis je retombe sur terre…..  Le ciel n’est pas si beau que ça mais je m’en contenterait, après tout après deux mois passé à me morfondre de ne pas pouvoir observer, c’est déjà ça, je peux enfin goûter aux petits plaisirs du visu, je peux enfin mettre mon nonoeil à l’oculaire , le choix sera très aléatoire, il sera aux grés de mes envies, comme le disait un grand croateur, ce sera une soirée "dobson désinvolte !"
Je suis un peu paumé devant ces constellations qui ont bien changés depuis début janvier, ça fait si longtemps……… deux mois ……. un siècle……. une éternité 
Entre temps Paradise est arrivé suivit un peu plus tard de Jako. Ma première cible est la Grande nébuleuse d’Orion (M42) avec le Nagler de 13, rien de spécial à dire, je monte le filtre UHC puis je teste le filtre H-Beta, première constatation, le H-Beta est plus violent, il efface pas mal les étoiles bien que le trapèze est visible , il y a des détails sur les nébulosités qui ont tendance à disparaître, mais toutefois, il y a d’autres détails qui sont renforcés
Pendant ce temps, Jacques (Paradise) à ne pas confondre avec Jacques (Jako le bavard ) observe une belle Jupiter, assez plaisante dans son 150mm, on y distingue quelques détails à sa surface.
Je monte sur la nébuleuse de la Flamme (NGC2024), mais je dois attendre qu’un ratrack passe de l’autre coté de la bute car ses phares éclairent les monticules de neige qui se reflètent dans mon tuyau  NGC2024 est bien timide mais se dévoile mieux à l’H-Beta qu’à l’UHC, c’est un bon point
De la Flamme à la Tête de Cheval, il n’y a qu’un pas, je cherche mais ne trouve pas, j’essaie avec différents oculaires (Nag 13, Axiom 23, Kepler 30 et enfin Omegon38) montés sur le H-Beta mais rien n’y fait, il faut dire que le ciel est loin d’être parfait, dommage que je n’ai pas le 400 de Kiwi à disposition  j’y retournerai une autre nuit.

Je reste dans la constellation d’Orion, en fait je vais essayer de trouver une vaste nébuleuse dans l’Eridan mais pour ça je dois partir de Rigel (a Ori) et je monte en direction de Cursa (b Eri) juste en dessous de cette étoile de bonne magnitude, s’étend un vaste complexe nébuleux : IC2118 plus connue sous le pseudo de La Tête de Sorcière.
Le Filtre UHC est monté sur le hublot (38mm) mais comme je m’y attendais, rien de visible si ce n’est qu’une "absence de ciel" sur cette zone, en fait j’ai bien une vaste zone qui semble dépourvue d’étoiles, mais pas la moindre lueur de nébulosité, je passe au H-Beta, toujours rien ! Cette sorcière m’aurait-elle lancé un sort ???? Je me concentre......  Tiens, on dirait qu’il ya quelque chose très tenue, ohhhh il faut bien s’arracher les bâtonnets en jouant avec la vision décalée , mais c’est certain, je devine une légère nébulosité opaque, très faible, je suis bien sur IC2118, tout comme California (que j’irai voir toutà l’heure) c’est le contour que je devine et encore lorsque je dis le contour,c’est juste sur une zone d’environ 1° au Nord-est de la nébuleuse, mais ça restera fade et très mal défini, encore un objet à revoir sous un excellent ciel
Bon, je vous ai parlé d’aller voir ce que donnait California (NGC1499) au filtre H-Beta, ça tombe bien car le dit filtre est montés ur le Hublot, pour localiser cette vaste nébulosité, c’est aussi simple que la précédente , il faut repérer les pieds de Persée et remonter le long de la jambe jusqu’à son genoux Menkib (z Per), California se trouve juste au dessus de cette étoile visible à l’œil nu . Elle s’étend d’Est en Ouest. Tout comme IC2118, elle est très mal définie, bien que je la devine plus que je ne la voit, elle est bien là, son contour est quand même plus flagrant qu’IC2118, mais c’est plutôt la zone au Sud que je devine à la limite de la vision directe, je compare avec le filtre UHC, y’a pas photo, elle réagit mieux au H-Beta
Les rafales de vent sont de plus en plus fréquentes, elles ne durent qu’une dizaine de secondes mais putain c’que c’est chiant  Ca fait vibrer les tubes et si on ne fait pas gaffe on perd facilement l’objet qu’on a à l’oculaire, surtout pour Paradise qui grossit Jupiter à donf
Retour vers le Sud dans la Licorne pour observer La Rosette (NGC2246,2237 & 2238) toujours au 38mm, je la trouve pas terrible et le filtre H-Beta a tendance à rendre les étoiles de son amas central NGC2244 pâlichones, je passe au filtre UHC, c’est tout de suite mieux, les trois parties de la nébuleuse sont assez bien définies et les étoiles resplendissent  Donc le filtre UHC est le meilleur pour cet objet !
Tiens, pour faire plaisir à Jacques et Jako, je file sur le dos de la Grande Ourse, toujours avec le Hublot mais sans filtre, because je vais me farcir un trio de galaxies : Galaxie de Bode (M81), Galaxie du Cigare (M82) et galaxie de…… Rien du tout  NGC3077. le trio est parfaitement cadré dans mon oculaire, je vais le grossir à 54X avec le 23mm (pas plus pour que les trois galaxies restent dans le champ de l’oculaire). Si M81 et M82 sont bien belles, par contre NGC3077 reste très faible
Je retourne vite fait sur M42 et son environnement, je contate que le filtre H-Beta réagit superbement sur les nébulosités au Nord de M42, c'est à dire sur NGC1977, j’ai oublié de prendre des notes, mais je me souviens de l’avoir parfaitement vu
Jako me dit qu’il aimerait bien voir NGC2392 alias le Clown ou l’Esquimau, pas de soucis pour la repérer, je pars de Wasat (d Gem) et me dirige à l’Est pour voir dans mon chercheur une courbe composée de 5 étoiles lumineuses et ponctuelles, la nébuleuse planétaire se trouve blottie contre une étoile à l’Est de cet astérisme !
Lorsque j’ai cette courbe d’étoiles dans mon chercheur, je mets l’œil à l’oculaire et là, une étoile attire mon attention, une étoile que je n’avais jamais remarqué jusqu’à présent, elle a une belle couleur orange vif, presque carbonée, Richard dirait carborangée   Ca c’est une surprise de taille d’autant plus que juste à côté se situe une seconde étoile bien plus faible avec une couleur franchement bleutée !!!!!!! Est-ce une double optique ou une réelle double , je n’en sait rien, je doit prendre des renseignements.  A noté qu’après avoir lancé un avis de recherche sur Webastro , on m’a dit qu’il s’agissait sans doute de Sigma 1083 (Merci Mathed), va donc pour cette annotation
Si vous avez envie de l’observer, c’est assez simple elle se trouve à égale distance que la nébuleuse de la courbe mais complètement à l’opposé de celle-ci (voir croquis en fin de CROA).
Revenons au Clown, il n’est pas en grande forme, son centre est plus clair que ses contours, je vais le pousser à 250X mais les rafales de vent presque omniprésent m’empêche de bien la détailler
Je remonte le 23mm, dommage que le champ est juste un peu trop petit pour avoir à la fois la double et l’Esquimau, je passe au champ supérieur avec le Kepler de 30 soit 100’ d’arc pour un grossissement de 41X, cette fois tout est là, je décide de faire un croquis à l’arrache que je mettrais au propre le lendemain

 

clowncroa

 

Croquis du champ de NGC2392, de la courbe d’étoile et de la double colorée


Il est seulement 21h50 lorsque nous décidons d’arrêter les observations, Paradise est scotché sur Les Pléiades (M45) qui semblent le fasciner par la couleur de ses étoiles, pour lui faire plaisir, je lui montre cet amas en très grand champ sur mon Dobson équipé du Hublot (33X pour 127’ d’arc) et c’est sur cette vision que nous prenons congé

Si je dois faire un petit bilan, je dirais que je suis plus que satisfait de mon filtre H-Beta qui va m’apporter un petit plus sur certaines nébuleuses, mais je pense que je vais avoir  besoin d’un excellent ciel pour tirer tout son potentiel

 

Dédé de St-Fé