Douceur  d’automne……


Salut vous

Tout d’abord, je vous préviens contrairement à mon dernier CROA, c’est un compte-rendu normal, donc plutôt technique, et assez long ………
Hier soir, Avec Dupond mais sans Dupont, c'est-à-dire avec Richard car pour une fois Christian n’était pas de sortie car il a pris froid (J’en profite pour lui souhaiter un prompt rétablissement ), car un Dupond peut en caché un autre.............
Bon, je disais donc, hier soir avec Richard (Rigel de St-Off) on c’était donné RDV sur l’esplanade de Cornât histoire de prendre l’air à nos tuyaux et je dois dire qu’on a bien fait car nous avons passé une succulente soirée et puis d’ici quelques jours la Lune va devenir trop gênante pour faire de bonne observations …….. Bref, c’était peut-être la dernière occasion pour nous d’avoir de bonnes conditions pour le mois de novembre.

Jupiter en spectacle


Je suis en train d’installer Oeil2Tôp lorsque Richard arrive, il est tout juste 20h30 la température est fraiche (4,3°C en début de soirée et elle va chuter à 2,6°C en fin d’observation)  mais très supportable d’autant plus que contrairement aux derniers jours il n’y a pas d’humidité et ça, j’vous jure que c’est un gros atout qui va rendre cette sortie très agréable
Bien que des chapes de nuages se baladent dans le ciel, à aucuns moment ils viendront gêner nos observations, la Voie Lactée est visible et la turbulence semble assez correcte.
Pour se mettre dans l’ambiance, Rigel dirige Estafette-2-Jo (Dobson 200mm) sur Jupiter « Wouaaaa qu’elle est belle avec ses quatre satellites », je vais voir….. Mais je vois que trois satellites deux en quinconce à l’Est et le troisième à l’Ouest (Ce matin en consultant un logiciel, je peu mettre des noms sur les satellites : à l’’Est : Ganymède, Europe, et à l’Ouest de Jupiter Callisto (donc il manque Io ) plus une faible étoile proche au Sud de Jupiter  « Mais non Richard, il n’y a que trois satellites visibles, c’est une étoile qu’on voit en haut sur la gauche ! » et je rajoute « Il va falloir surveiller ça, il y a sans doute un satellite qui se balade soit derrière Jupiter soit même en transit »
Du coup, je pointe moi aussi la géante gazeuse avec mon tube et entre deux trous de turbulence, il me semble apercevoir un petit point noir sur la bande équatoriale Sud. Woaouuuuu , je crois que j’ai l’ombre du satellite manquant à l’appel, j’appelle Richard qui vient me confirmer mes dires, on a bien l’ombre de Io proche du bord Ouest de Jupiter !!!!!
Je monte alors mon filtre lunaire polarisant (en réglant sa luminosité au plus fort) pour accentuer le contraste, vain diou comme ça regorge de détails  lorsqu’il ya des trous dans la turbulence, on y descelle des détails sur les deux principales bandes ! Je fais un rapide schéma que j'ai remis au propre ce matin :

1


Ensuite je règle le filtre lunaire au plus faible de sa luminosité (afin de ne pas trop me bousiller les yeux) pour observer un fort beau croissant de Lune
Maintenant,je prends mon bouquin que j’utilisais il y a bien longtemps lorsque j’avais mon 114/900 : "J’observe le ciel profond" de J-R Gilis et je l’ouvre au chapitre consacré au ciel d’automne….. Je saute du coq à l’âne , je passe de l’aveuglante Lune aux tâchouilles.
Voyons voir ….. Tiens, il y a une galaxie méconnue pour moi : NGC524 dans les Poissons, j’ouvre le PSA page 5 et je me fais un cheminement en partant de Zeta Piscium (z Psc) et en me dirigeant dans la direction de Eta Piscium (h Psc) tout en me décalant un peu vers l’Est. Dans mon oculaire Axiom de 23 (soit 54x) je perçois une très faible lueur au centre d’un triangle d’étoiles serrées de faible magnitude, je passe alors à 96x (Nagler de 13) et je confirme, je suis sur NGC524. Elle est ronde et j’aperçois une quatrième étoile presque collée sur la droite de la galaxie, Richard viendra me la confirmer, je vais la pousser à 139x avec le Nagler de Rigel, mais ça ne m’apportera rien de plus.


Puisque je suis dans le secteur, je me farci M74 sa localisation est très simple, il faut partir de Eta Piscium (h Psc) et se diriger en direction de Mesartim (g Ari) (qui en passant est une magnifique étoile multiple), mais M74 me déçoit beaucoup, elle est certes assez étendue mais pas plus lumineuse que NGC524.

Retour sur Jupiter vers 21h30, cette fois l’ombre de Io a disparût mais j’aperçois une minuscule tâche blanche sur la bande équatoriale Sud là où se trouvait tout à l’heure l’ombre ! Wouaaaaa, j’ai le satellite en transit , c’est assez exceptionnel en visuel ! mais vu que le satellite galiléen se trouve sur la bande colorée, ça le fait ressortir, je suis aux anges………..

2

 

 

Environ ¼ d’heure plus tard à 21h45 (Cette fois j’ai noté l’heure), on verra Io se détacher du limbe de Jupiter :

 

3

 

Douceur d’automne



Tandis que j'observe La Boule de neige bleue (NGC7662) , Richard part dans le Taureau où il déniche un amas ouvert: NGC1746 et La Nébuleuse du Crabe (M1) . Pour en revenir à la Blue Snowball, je latrouve particulièrement belle, sa centrale se laisse voir, je vais pousser à250x !
Moi, je prend la direction de La Petite Dumbell (M76) dans la constellation de Persée, elle est facile d'accès car elle se situe juste audessus d'une étoile visible à l'oeil nu : Phi Persei (j Per); j'aime bien cette forme rectangulaire qui avec son renfoncement central  lui donne un aspect de cacahouète.
L'ami Dupond part à la conquête des carbonés, il commence par CS47 (Y Tau) au Sud-est de Zeta Tauri elle arbore une belle teinte orange métallique, les carbonés semblent être particulièrement colorées ce soir, autant en profiter.
J'enchaine donc avec CS39(W Ori) qui se situe à l'extrémité du bouclier d'Orion, un bouclier matérialisé par une chaine composée de six étoiles : Pi1, Pi2, Pi3, Pi4, Pi5 et Pi6, lorsque je suis sur p6, je me dirige en direction de Mintaka (d Ori) et je tombe dessus une belle étoile cuivrée, c'est W Ori.
La troisième carboné, ce sera CS38 (BL Ori) de l'autre coté d'Orion, à la limite avec la constellation des Gémeaux. Pour la localiser, je pars de la main du chasseur qui tient la massue pour tomber sur Nu Orionis (n Ori) et je me dirige vers Alhema (g Gem), CS38 est moins fringante que les deux précédentes mais reste très agréable à observer.

C’est l’heure de la pause thé et bien qu’il ne fasse pas trop froid, on apprécie bien….
Richard toujours pas rassasier se dirige maintenant dans les Gémeaux à la recherche de M35 accompagné de NGC2158, ce couple d’amas ouvert est très inégal, M35 est étincelant tandis que NGC2158 n’est pas résolu. En partant de M35, je débusque la quatrième carboné : CS27 (TU Gem)….Holàlàlàlàààààààà est est aussi belle que les deux premières.
Rigel remonte vers le Cocher et se paie ses amas : M36, M37 et M38 avec son petit NGC1907, mais là , je laisserai le soin à Richard de faire part de ses impressions, moi je les ai vécu en live parce qu’avec lui, on a le CROA en direct….. Il parle en même temps qu’i lobserve : « En vision décalé, j’aperçois trois, non quatre même cinq étoiles très faibles qui apparaissent etc… »
Il est 23h00 passé, ma soirée touche à sa fin, nous nous délectons dans l’épée d’Orion avec M42, M43,NGC1977, NGC1981, et NGC1980, ensuite, j’observe une belle M78 qui avec sa nébulosité qui s’évase tout en se dégradant me fait penser à une comète
Et enfin pour clore cette somptueuse soirée, je m’imprègne les pupilles avec La Nébuleuse du Clown (NGC2392) que je vais grossir à 250x, je vois clairement sa centrale et devine quelques détails sur sa structure extérieure.
Il est 23h30 lorsque nous plions bagage.
Voilà nous sommes plus que satisfait de cette belle soirée d’automne.



Ayé, c'est enfin fini !

 Dédé.