Le décor

Parlons un peu du site du Margériaz, un somptueux 360° presque parfait avec surtout un Sud super dégagé, bien que nous avions une très légère brise qui venait du Nord, la température est toutefois restée assez correcte, 4,2° en début de nuit et elle est même montée vers 2h00 du matin à 5,3°, humidité et turbulence pratiquement nul, Voie Lactée bien définie.

25

Photo prise par Marc, que je remercie infiniment !

Ceci étant dit, passons aux nouveautés de cette nuit car je vais faire l’impasse sur les grands classiques.

Cétus :

Nos premières cibles dignes d’intérêt sont dans la queue de la Baleine en commençant par une très belle planétaire : NGC 246, avec 3,8’ d’arc pour une magnitude de 8, cette nébuleuse doit sans doute être accessible avec des instruments moyens et je vous recommande vivement d’aller l’observer car elle est très agréable dans un oculaire. Sa teinte est d’un bleu assez pâle mais quand même flagrant bien qu’elle se dégrade sur l’extérieur, au filtre OIII, je distingue clairement quelques nodosité sur le contour et le coté droit (dans l’oculaire) semble ‘’ouvert’’ un peu comme un C. Je n’ai par contre pas vu d’étoile centrale et c’est sûr que je retournerais l’observer !

Toujours dans le même coin, à 26’ d’arc seulement de NGC 246, nous observons une petite galaxie bien faible mais quand même visible en vision directe : NGC 245, mag 11,8 pour une dimension de 3,1’x 2,7’ d’arc elle a une belle forme ovale mais sans le moindre détail, nous l’avons poussé avec l’oculaire de 9mm sur le 460.

A 2°30’ d’arc de NGC 246, carrément à l’opposé de NGC 245, se trouve une autre galaxie bien plus facile à observer par sa magnitude 10,8 et par sa taille 4,6’x3,2’ d’arc: NGC 210 elle aussi assez ovale et sans détails apparents.

Plus haut dans les Poissons, nous observons au 14mm M 74, je me réconcilie enfin avec cette galaxie qui m’a toujours énormément déçu au 254mm. J’y observe deux bras spiraux un en haut assez net et l’autre en bas moins net et il me semble y déceler quelques petites flambés d’étoiles, cette photo (ci dessous) que j’ai trouvé sur « Google » illustre assez bien la vision que j’ai eu bien qu’elle était quand même moins nette.

M74_2_1_

Nous allons ensuite observer les grands classiques, M13, M3, M57, M31, M33, le Quintette mieux défini que la veille, IC405, le Croissant, les Dentelles et j’en passe, un vrai marathon pour le bonheur des yeux et de Marc.

Je vais ensuite observer une planétaire qui pour beaucoup est une classique mais que je n’observe pas trop souvent car elle m’a toujours déçu : La Blinking Nébula alias NGC 6826, mon cheminement pour aller la débusquer est le suivant :

J’aligne Kappa Cyg (l’extrémité de l’aile du volatile) avec 12 Cyg (mag 3,7), je prolonge jusqu’à Theta Cyg (mag 4,5) puis je monte à angle droit jusqu’à une petite double blanche bien belle (16 Cyg) de mag 6 toutes les deux et avec un écartement de 40’’ d’arc, je sors cette double à midi (dans l’oculaire) et à 6h00 la nébuleuse apparaît !

Que dire, elle est belle, assez grande d’une belle couleur turquoise et cerise sur le gâteau une centrale magnifique, mais pour ce que est de l’effet ‘’Blink’’, QUE DALLE, les feux de détresses  doivent être en panne !

ORION FOR EVER !

Orion commence à monter, je fait l’impasse sur M42 et la Flamme d’une délicatesse exquise pour me concentrer sur une belle planétaire (vous allez peut-être penser que je suis fixé sur ce genre d’objets, mais depuis que l’on a ce 460mm, je découvre le monde absolument merveilleux de ces objets du ciel profond).

Donc comme je le disais, dans cette constellation il y a une très belle nébuleuse planétaire : NGC 2022 mag 12,4 pour un diamètre de 19’’ d’arc seulement, elle se situe au deux tiers sur la ligne qui relie Betelgeuse à Phi Ori.

Bien qu’elle soit assez petite et ponctuelle elle se pare d’une belle couleur verte, qui dit qu’il n’y a pas de couleurs dans le ciel profond ?

Son étoile centrale est toutefois bien visible mais aucuns détails n’apparaît dans sa structure.

Nous bataillons fermement pour aller observer l’inobservable, je nomme la Tête de Cheval, après bien des déboires nous la voyons ou bien dois-je dire que nous devinons une ‘’absence’’ en forme de ‘’L’’ dans une nébulosité , oui, c’est bien le Canasson, on a beau voir et revoir avec détail les cartes très détaillées sur le secteur en question (voir carte ci dessous faite pour l'occasion par J-Paul) , tout y est les moindres étoiles de faibles magnitudes concordent avec notre vision dans l’oculaire, par contre il me semble que nous avons utilisé l’Antares 14mm et un filtre H-Beta prêté par  les ‘’Lyonnais’’ pour l’occasion (J-Paul le confirmera) !

T_te_de_cheval_1

Une dernière pour la route !

Pour clore notre nuitée en beauté, nous décidons d’aller faire un tour dans la Licorne avec bien sûr la Rosette mais surtout une nébuleuse que je n’avais jamais réussi à observer : NGC 2261 alias la Nébuleuse variable de Hubble, ses mensurations sont  2’x1’ d’arc elle est surmontée d’une belle étoile blanche qui forme le ‘’noyau’’ de la comète et sa nébulosité s’évase en forme de queue de comète, la décrire, c’est simple, vous n’avez qu’a regarder l’avatar de Bruno, c’est conforme à ce que j’ai vu avec cependant plus de détails sur son dessin.

Nous plions bagage vers 3h30 du matin avec encore notre heure d’été  sur nos montre !

Merci de m’avoir lu.

D.D